QU'EST-CE QUE LE TRAFIC SEXUEL?

Le trafic sexuel est une forme d'esclavage
où les êtres humains font l'objet 

d'un commerce à des fins d'exploitation sexuelle.

La participation de ces personnes est en majorité involontaire, car même lorsqu'il y a consentement,
celui-ci est obtenu par la tromperie, l'enlèvement ou découle d'une situation de vulnérabilité.

arrowDown

LA RÉALITÉ DES VICTIMES

  • Les services pour elles sont presque inexistants. La sortie leur offre l'aide nécessaire.
  • Leur style de vie entraîne des problèmes de dépendance, de santé mentale, d'itinérance, d’endettement et toutes sortes de dysfonctionnement.
  • Elles sont condamnées et jugées, et sont valorisées uniquement pour le sexe.
  • Elles sont traumatisées par les agressions et les abus (verbal, sexuel ou physique), la violence, le harcèlement, l’endoctrinement, la menace et les scènes troublantes liées au trafic sexuel.
  • Elles croient entretenir une relation amoureuse avec leur proxénète.
  • Peu de gens se soucient de leur sort puisque leurs activités s'accomplissent dans la clandestinité et l'illégalité.

Pour la plupart, ce sont des jeunes filles vulnérables, en quête d'amour, souffrant habituellement d'un manque de confiance en soi.

« Quand un bonhomme te donne vingt dollars,
c'est au moins parce qu'il pense que tu les vaux.
Ça fait au moins quelqu'un qui te prouve que tu vaux quelque chose. »
Raconte une victime dans les écrits de Michel Dorais.

Elles se font approcher et sont généreusement gratifiées matériellement et affectivement avant d'être amenées progressivement à s'adonner aux activités liées au marché du sexe pour devenir une source de profit.

« Il te donne de l'argent, de la drogue et du "fun",
mais au final, ils veulent ta dignité et ton estime de soi. »

Témoigne Katarina Rosenblatt (s'adressant à une assemblée dans une école).

L'EXPLOITATION SEXUELLE AU QUÉBEC : STATISTIQUES

Chaine

Les 300 ans d'esclavage de l'ère coloniale comptent moins de personnes échangées à des fins d'exploitation sexuelle ou autres qu'aujourd'hui. (UNODC 2012)

Terre

On compte 2,4 millions de victimes de la traite humaine dans le monde. (UNODC 2012)

Argent

L'industrie rapporte 32 milliards $ de revenus annuels, ce qui en fait la 2e industrie criminelle en importance après le trafic d'armes. (UNODC 2012)

1077-offres

On retrouve 1077 offres de services sexuels sur l’île de Montréal dont :
- 200 salons de massages
- 65 bars de danseuses
- 38 agences d'escortes
(CLES, 2014) (SRCQ, 2013)

montreal

Montréal est désignée comme une destination majeure pour le tourisme sexuel. 
(D.O.S. États-Unis, 2009) (E.C.P.A.T., 2016)

1500-pimps

1 500 proxénètes ou plus ont été actifs au Québec au cours des 10 dernières années. (SRCQ, 2013)

4000-personnes

4 000 filles et garçons (12 à 25 ans) sont exploités sexuellement à Montréal seulement. (Revue Défi Jeunesse 2002)

prisonnier

89 % des femmes prostituées souhaitent s'en sortir. (CSF 2012)

canada

90 % des victimes du trafic sexuel sont résidentes canadiennes. (Jiminez 2014)

cerveau

78 % des femmes ayant quitté l'industrie du sexe disent connaître des problèmes de santé mentale. (CLES 2014)

Poing

59 % des actes dirigés contre les femmes par leurs proxénètes sont des crimes de violence. (SRCQ 2013)